Wildfire

Shayne Dark

À propos —

Commandée par le Musée d’art de Joliette à l’occasion du Festi-Glace en 2009 et exposée jusqu’en 2012 à même l’érable qui se situait devant l’entrée du Musée, l’impressionnante installation Wildfire a été relocalisée en raison des travaux de rénovation qui ont eu cours au MAJ durant les dernières années. Réalisée par l’artiste Shayne Dark, l’œuvre peut désormais être admirée de la rue Manseau, à Joliette, dans l’arbre situé face à l’hôtel de ville.

L’œuvre

Wildfire est issue d’une série d’œuvres intitulée Here and Gone, une importante production développée par l’artiste depuis 2006 et faite de morceaux de bois flotté qu’il ramasse sur les rives du lac de l’île Fourteen, près duquel il vit, à quelque 50 km au nord de Kingston, en Ontario. Tel un brasier enflammé, cette proposition sculpturale de Dark surgit de son emplacement pour le moins insolite, changeant d’apparence au gré des saisons. L’hiver, alors que les branches sont dénudées, elle brille d’un rouge vif qui contraste avec la blancheur du paysage enneigé. Au printemps, le vert et le rouge se disputent la vedette alors que l’arbre retrouve peu à peu son feuillage. L’été venu, l’étincelant rouge de l’œuvre se trouve pratiquement voilé par l’épaisse frondaison, alors qu’à l’automne il se confond avec les teintes de rouge et d’orangé de l’érable. Tributaires des données spatiales et architecturales des lieux dans lesquels elles se déploient, les œuvres issues de Here and Gone s’agencent en laissant place au hasard et à l’indéterminé, s’adaptant chaque fois aux caractéristiques spatiales et structurelles des espaces, paysages naturels ou décors urbains où elles sont exposées. Cherchant avant tout à symboliser le processus de création et de destruction de l’œuvre dans la nature, elles ont cette particularité de refléter le caractère instable de l’environnement qui se métamorphose au gré de ses cycles de vie.

La démarche

Shayne Dark a fait de la nature sa muse : il s’inspire de ses transformations cycliques, cherche à en reproduire les formes et y puise une partie de ses matériaux. Si Shayne Dark travaille parfois le verre ou le métal, une part importante de sa production consiste toutefois en des agencements de pièces de bois qu’il recouvre de pigment monochrome saturé afin de créer des structures abstraites visuellement saisissantes. Toutes différentes dans leur forme et leur composition, ces sculptures et installations ont en commun leur teinte vive ainsi que l’impression d’équilibre précaire qui s’en dégage. Par son emploi de formes géométriques simples, sa tendance à investir des espaces naturels, sa prédilection pour une stratégie d’appropriation et d’accumulation, la pratique de Shayne Dark se situe à la rencontre de l’héritage de l’art minimaliste des années 1960 et du land art, tout en se rapprochant de l’Arte Povera. En jouant sur les caractéristiques sensibles de la matière, Dark propose une exploration de la plasticité des rapports entre le naturel et l’artificiel, et entre le dedans et le dehors.

Biographie —

Originaire de la Saskatchewan, Shayne Dark est aujourd’hui établi à Hartington, en Ontario. Reconnu sur la scène internationale, il a fait l’objet de nombreuses expositions. Son travail fut notamment présenté à l’ambassade canadienne à Washington en 2002, puis dans une exposition d’envergure au cours des Jeux olympiques d’Athènes, en 2004. Profitant d’une excellente visibilité au Canada, aux États-Unis et en Europe depuis une dizaine d’années, il a obtenu, en 2004, la prestigieuse bourse Pollock-Krasner Foundation. Shayne Dark est représenté par la galerie Art Mûr, de Montréal, et par la Edward Day Gallery, de Toronto.

Information —

Devant l’hôtel de ville de Joliette, 614, boulevard Manseau