Hanna Sybille Müller et Erin Robinsong en résidence

Événements, En cours

Du 27 janvier au 1er février 2020

Corps microbiens polymorphes 

Créée et interprétée par Hanna Sybille Müller et Erin Robinsong, l’œuvre chorégraphique Polymorphic Microbe Bodies [Corps microbiens polymorphes] explore les mondes des microbes qui nous habitent. Le projet a été mené en collaboration avec le musicien Jory Strachan, le biologiste Merlin Sheldrake et les danseuses Kelly Keenan et Lara Oundjian; l’artiste Adam Kinner a agi à titre de conseiller. L’œuvre s’inspire des manifestations somatiques et présente une idée élargie de ce qu’est le travail chorégraphique. Ainsi, la danse sera perçue tantôt grâce au langage, tantôt grâce aux sons, aux odeurs et au goût. Cette multisensorialité amènera les spectateurs à vivre une expérience microbienne de leur propre corps. Le corps se compose de cellules humaines, mais aussi de cellules microbiennes – à hauteur de cinquante pour cent : bactéries, virus, champignons, archées… Partant de la prémisse que le corps est une communauté multi-espèce, Polymorphic Microbe Bodies est une incursion dans les communautés qui habitent le corps humain et une invitation à faire l’expérience du corps humain en communauté.

C’est une histoire à propos de votre corps. Les microbes migrent entre votre corps et l’espace construit, entre votre corps et le sol, entre votre corps et l’eau. Cela signifie que vous êtes partout. Où votre corps commence-t-il? Où votre corps se termine-t-il?

 


À propos des artistes

Hanna Sybille Müller est chorégraphe, danseuse et dramaturge. Elle s’intéresse tout particulièrement à l’interrelation entre langage et mouvement. Les œuvres revolutions (2018) et transposition (2016) comptent parmi ses plus récentes. Comme chorégraphe, elle a notamment collaboré avec Andréa de Keijzer, Erin Robinsong et Eva Meyer-Keller. Elle travaille actuellement à un projet de chorégraphie sociale intitulé Soup-text Series et à deux nouvelles créations, Polymorphic Microbe Bodies, en collaboration avec Erin Robinsong, et The Choreographic Garden. Elle a étudié la danse à la Rotterdamse Dansacademie et a terminé un diplôme en arts médiatiques à l’Universität der Künste de Berlin en 2012. Elle vit à Montréal.

La poète et artiste pluridisicplinaire Erin Robinsong s’inscrit dans le champ de l’imagination environnementale. En 2017, elle a remporté le prix de poésie A. M. Klein décerné par la Quebec Writer’s Federation pour son premier recueil, Rag Cosmology. Le Globe and Mail a décrit sa poésie comme « une intimité faite d’identités écologiques aussi sauvages, sensuelles et rythmiques que le cosmos ». Ses poèmes sont parus dans de nombreuses revues, notamment Forging, Effects, Lemon Hound, Vallum, The Capilano Review et Regreen: New Canadian Ecological Poetry. Parmi les performances collaboratives qu’elle a créées avec Hanna Sybille Müller et Andréa de Keijzer, on trouve This ritual is not an accident, Facing away from that which is coming, revolutions et Polymorphic Microbe Bodies (à venir en 2020). Née sur l’île Cortes, en Colombie-Britannique, Erin vit actuellement à Montréal.

Renseignements

Du 27 janvier au 1er février, 2020

Résidence de création

Gratuit pour les membres du MAJ  |  Accès gratuit aux non-membres avec un billet d’entrée pour les expositions

 

Samedi 1er février • représentations à 14 h 45 et 16 h

Performance lors du vernissage

Gratuit et ouvert à tous!


Image à la une:

© Hanna Sybille Müller et Erin Robinsong, Polymorphic Microbe Bodies. Photo: Emily Gan

 



Créé grâce au soutien du Conseil des arts du Canada, Studio 303, Tangente et de Dana Gingras / Stable.   

En collaboration avec Diffusion Hector-Charland et la Ville Notre-Dame-des-Prairies

 

Conseil des arts du Canada      Studio 303