Jin-me Yoon. Exposition-bilan

Commissaire : Anne-Marie St-Jean-Aubre

Du 8 juin 2019 au 8 septembre 2019

À propos —

Le Musée d’art de Joliette prépare la première exposition-bilan consacrée à l’artiste canadienne d’origine coréenne Jin-me Yoon.

L’exposition rassemblera des photographies, des vidéos et des œuvres installatives soulignant les différentes stratégies employées par Yoon pour sonder les notions de nationalisme, de sentiment d’appartenance, d’immigration, de commémoration, de représentation identitaire et de construction de l’histoire. Cette première exposition individuelle d’importance fait un bilan des trente ans de carrière de l’artiste et dévoile une série d’œuvres inédites.

L’exposition se déploie en deux volets thématiques. Le premier sera présenté à Joliette à l’été 2019 et le deuxième, au Musée d’art contemporain des Laurentides à l’automne 2019. Le projet fera l’objet d’une circulation en 2020 et en 2021.

 

Images à la une : 

© Jin-me Yoon, Matter Flows and Forces (détail), 2018. Tirage couleur, 274,3 x 180,3 cm. Avec l’aimable permission de l’artiste.

© Jin-me Yoon, Living Time (détail), 2019. Arrêt sur image. Avec l’aimable permission de l’artiste.

© Jin-me Yoon, Rest (détail), 2012. Tirage couleur, 148,6 x 121,92 cm. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Biographie —

L’artiste canadienne d’origine coréenne Jin-me Yoon vit et travaille sur la portion des territoires non cédés occupés par les peuples salish de la côte appartenant aux nations xʷməθkwəy̓əm (musqueam), Skwxwú7mesh (squamish) et Səl̓ílwətaɬ (tsleil-waututh).

Dans sa pratique de la photographie, Jin-me Yoon s’applique à déconstruire les discours dominants et les stéréotypes sur la citoyenneté, la nationalité, la culture, le genre et la race. Dans ses productions vidéographiques et installatives, elle se penche sur des questions relatives à l’histoire, au lieu, à l’identité et au corps, empruntant la loupe de la théorie transnationale afin de mettre au jour un contexte de relations internationales entremêlées et interdépendantes.

Son travail a été présenté dans de nombreuses expositions sur la scène nationale et internationale, et plusieurs de ses œuvres font partie de collections privées et publiques au Canada et ailleurs. En 2009, elle a été finaliste du Prix de photographie AIMIA du Musée des beaux-arts de l’Ontario. En 2013, elle a reçu une bourse dans le cadre du programme Smithsonian Artist Research Fellowship(SARF) et en 2017, une commande majeure de Repères2017/LandMarks2017. Elle a été nommée membre de la Société royale du Canada en 2018.

 

C’est avec beaucoup de fierté que le Musée d’art de Joliette présente en première canadienne une rétrospective de cette artiste incontournable.