La logique de l’araignée

Kai Chan

Sarah Quinton

Du 29 mai 2011 au 4 septembre 2011

À propos —

Cet été, le Musée d’art de Joliette accueille La logique de l’araignée, une rétrospective des 35 ans de création de l’artiste canadien d’origine chinoise Kai Chan. L’exposition réunit un corpus de 17 œuvres phares jamais exposées ensemble auparavant, levant ainsi le voile sur l’extraordinaire portée conceptuelle et formelle de son travail et révélant la nature intime de ses observations artistiques des mondes naturels et bâtis.

Kai Chan crée des installations et des sculptures de techniques mixtes à partir d’objets anodins – branches, fils, ficelles, cure-dents, boutons, objets de plastique recyclés. Il accumule, emballe, tisse, tresse, superpose, boucle, enroule, tord et tend la matière afin de réaliser de fascinantes et ingénieuses constructions. Bien que sa pratique soit essentiellement associée aux textiles et aux métiers d’art, son œuvre chevauche diverses pratiques, de la joaillerie à la vannerie, aux arts visuels. L’œuvre de Kai Chan se distingue par l’utilisation minimale de matières inattendues qui, malgré leur aspect lyrique et merveilleusement imaginatif, sont manipulées de façon à devenir des symboles du quotidien qui allient à la fois tradition et modernité.

Biographie —

Né en Chine en 1940, Kai Chan vit et travaille à Toronto depuis 1966. Il est reconnu internationalement pour son approche expérimentale de l’art des textiles. Son travail a été présenté au Canada, en Allemagne, en Australie, en Autriche, en Espagne, aux États-Unis, en Finlande, en Hongrie, au Japon, en Norvège, aux Pays-Bas, en Pologne, au Royaume-Uni et en Suède. Il est également lauréat du Prix national Jean A. Chalmers des métiers d’art en 1998, et du Prix Saidye Bronfman pour son excellence dans les métiers d’art en 2002. Au Québec, Kai Chan est représenté par la Galerie Elena Lee, à Montréal.