Semaine 2 : Les trouvailles de l’équipe du MAJ

L’édito d’Ariane Cardinal, conservatrice à l’éducation, au sujet du lien entre les arts et la science

 

J’ai souvent l’impression que la société met en opposition les sciences et l’art. Les arts ne font-ils pas partie des « sciences molles » (ah ce terme!) et ces dernières ne sont-elles pas le contraire des « sciences dures »?

Pourtant, je suis bien convaincue qu’il y a un artiste et un scientifique au sein de chacun d’entre nous (quoique dans mon cas, les deux sont bien cachés 😉), qu’ils sont plutôt deux faces du même dé. Que l’on soit d’accord ou non avec cet énoncé, il est certain que l’artiste et le scientifique partagent plus qu’il n’y paraît.

Regardons, par exemple, le processus créatif et la démarche scientifique.


L’artiste  observe ou expérimente une situation qui l’inspire. Le scientifique observe ou expérimente une situation qui l’inspire.  

Recherche

Pour arriver à la matérialisation de l’œuvre qu’il a en tête, l’artiste doit préalablement effectuer de nombreuses recherches pour mieux comprendre les thématiques, les phénomènes et les sujets qu’il explore. Il doit également étudier et pratiquer sans cesse pour bien maîtriser les médiums, les matériaux et les techniques.

Il émet son idée d’œuvre d’art.

Question

Pour arriver à formuler une question de recherche précise et adéquate, le scientifique se documente afin de mieux comprendre le phénomène ou la situation. Il énonce sa question de recherche.

Idéation

L’artiste réalise ses croquis, ses plans et ses cartes mentales. Il réfléchit aux étapes à suivre pour matérialiser son idée.

Hypothèse

Le scientifique établit son hypothèse qui répondra à son interrogation de départ. Il élabore ensuite son protocole de recherche et les différentes étapes qui le mèneront à la confirmation ou à l’infirmation de son hypothèse.

Production

Puis il se lance dans la création! Pour une œuvre réussie, il en aura produit plusieurs. S’il n’est pas assez proche du résultat souhaité, il s’interroge, retourne à son idéation, change sa façon de procéder et recommence.  

Expérimentation

Puis il se lance dans l’expérimentation! Afin d’être certain du résultat, le scientifique pourra recommencer plusieurs fois son processus.

Résultat

Au final, l’artiste aura créé une ou plusieurs œuvres d’art.

Résultat

Au final, le scientifique aura accumulé des données. Une fois analysées, ces données lui permettront de confirmer ou d’infirmer sa fameuse hypothèse.

Diffusion

Elles seront présentées dans une exposition, dans une publication, sur les réseaux sociaux ou sur le mur de la maison!

Diffusion

Les résultats seront publiés dans une revue spécialisée et/ou présentés dans le cadre de conférences.

 

Finalement, le processus créatif et la démarche scientifique ne sont-ils pas, à peu de choses près, similaires?

 

 


 

4 réponses à “Semaine 2 : Les trouvailles de l’équipe du MAJ”

  1. Dans l’imaginaire collectif, le terme « scientifique » vient systématiquement avec l’image d’une blouse blanche. Cependant, il y a différents de métiers qui utilisent la démarche scientifique dans le cadre de leurs pratiques ou de leur recherche, sans être dans un laboratoire.

    Je soutiens le fait que les gestionnaires sont des artistes-relationnels qui s’ignorent. Ce constat s’applique à d’autres métiers dans lesquels la base est la création de lien et de relations. Ces gens mettent en application la démarche créative dans différents contextes. Je citerais seulement dans l’immédiat celle de la résolution de problèmes ou de conflits, situation que vivent au quotidien de nombreuses entreprises.

    Il faut être résolument créatif trouver une solution viable aux problèmes auxquels nous faisons face. D’ailleurs, l’univers de la gestion ne parle t-elle pas d’ailleurs que nous sommes à l’ère de l’économie créative ? Les frontières entre arts et sciences sont de plus en plus brouillées et cela n’est pas plus mal.

  2. Oui, tout à fait d’accord avec vous. En fait, être scientifique, à mon avis, c’est suivre une démarche avec méthode en vue de défricher un nouveau terrain, de l’éprouver, d’apprendre à le connaître. Ça tient donc plus d’une posture face au monde que d’un métier découlant d’études en… sciences… Intéressantes zones grises s’il en est… 🙂
    Merci pour votre commentaire fort inspirant!
    Julie et l’équipe du MAJ.

  3. Autrefois, l’artiste, l’ingénieur, l’architecte et les artisans ne faisaient qu’une seule équipe. Puis se distanciés les scientifiques et les artistes. On pourrait se référer à un artiste qui était à la fois artiste, artisan, ingénieur, architecte, médecin, inventeur, etc. reconnu encore de nos jours dans le monde entier; il s’agit bien sûr de Léonard de Vinci qui cumulait tous ces métiers. De nos jours, les artistes et les scientifiques se ressemblent dans plusieurs aspects, parfois aussi les artistes font appel à des données scientifiques pour réaliser leurs oeuvres, mais il sont d’abord des artistes qui se servent de la science pour réaliser leurs projets. Il serait plutôt rare que des scientifiques mettent à profit leur talent d’artiste, s’il y a lieu, pour réaliser des projets scientifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *