CLAUDIE GAGNON – Collections, le temps suspendu

Claudie Gagnon

À propos —

Réalisée dans le cadre de la Politique d’intégration des arts à l’architecture, Collections, le temps suspendu est une installation de l’artiste multidisciplinaire Claudie Gagnon. Fixée au-dessus de l’escalier qui mène au toit du Musée, l’œuvre se compose de centaines d’objets en verre et en cristal. Suspendue à une plaque d’acier inoxydable polie, l’installation est rehaussée par un effet miroir saisissant. À la tombée de la nuit, Collections, le temps suspendu demeure visible de la rue, puisqu’un éclairage a été conçu en conséquence. Vue de loin, elle produit une nuée scintillante qui varie au gré de la lumière naturelle. Admirée en proximité, elle laisse place à l’observation de fins détails.

Mise en abîme de la fonction première du musée, Collections, le temps suspendu rassemble des centaines d’objets de brocante qui rappellent des artéfacts trouvés dans des cabinets de curiosités d’un autre temps. Les pièces ainsi regroupées sont issues de différents pratiques et métiers dont les sciences et les arts. Comme s’ils étaient figés dans le temps, ces objets composent une œuvre ludique qui interpelle l’imaginaire.

Démarche

L’univers de Claudie Gagnon est empreint de ludisme et de merveilleux. Travaillant à mi-chemin entre la performance et l’installation, l’artiste est connue tant pour ses tableaux vivants que pour ses réalisations sculpturales. Gagnon élabore ses œuvres à partir de pièces qu’elle recueille notamment dans des brocantes. Elle détourne de leur fonction première les objets usuels de ses contemporains, leur préférant un univers qui évolue à côté de la réalité. Gagnon met à l’œuvre un processus d’accumulation festif où les pièces rassemblées semblent sédimentées dans le temps. À la fois denses et légères, ses installations permettent une pluralité de lectures et d’interprétations, tant par la complexité de leur construction, que par l’originalité des lieux où elles sont présentées.

Biographie —

Claudie Gagnon est née à Montréal en 1964. Autodidacte, elle s’implique dès le début de sa carrière, dans le milieu des centres d’artistes autogérés. Membre fondatrice de L’Oeil de Poisson, à Québec, en 1985, elle y sera très active pendant près d’une décennie. Cette implication sera d’ailleurs déterminante dans l’émergence et le développement de son langage plastique personnel. C’est imprégnée de l’esprit du jeu et du burlesque que Gagnon présente, en 1987, sa première exposition professionnelle. Au fil des ans, elle développe une pratique développée autour de l’installation et de la performance, et fait des incursions dans le monde du théâtre. En 2009, Expression, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe, et le Musée d’art de Joliette lui consacrent une exposition rétrospective. Ses œuvres ont été présentées en Europe, en Asie et au Canada.